Edhird's Blog

Restoring Health: body, mind and spirit


Leave a comment

Samuel et Hélène de Champlain: un vieux couple canadien de 407 ans

par le Rev. Dr. Ed Hird

Avant l’arrivée de Samuel et Hélène de Champlain au Canada, le mot « Canada » était devenue une plaisanterie en France, grâce à Jacques Cartier qui avait rapporté en France  un quartz sans valeur du Canada. Le terme « diamant du Canada » était devenu un symbole de déception. La France a ignoré Samuel de Champlain pendant le majeur parti de sa vie. Pour la plupart des citoyens français, le Canada semblait loin et sans importance. Même les parisiens instruits niaient la valeur du Canada, lui accordant la même importance qu’à la Sibérie.

Au 16ème siècle, la population de France était six fois supérieure à celle de l’Angleterre. Elle possédait autant de littoral, était plus riche, ses marins étaient plus habiles et étaient les premiers à visiter régulièrement la côte canadienne. Mais contrairement à l’Angleterre, il y avait peu de vision en France quant à la priorité d’envoyer des gens au nouveau monde. Pour émigrer au Canada, il y avait même un découragement financier de 36 livres chargés à n’importe qui quittant la France. Par conséquent, Champlain et son entourage du Québec se sentaient négligés, abandonnés et rejetés. Le Roi Louis XIII a même eu la légèreté d’annuler la pension modeste de Champlain de six cents livres, qui lui avait été accordée par Henri IV; forçant Champlain à implorer pour son rétablissement, avec succès.

Champlain fut né en 1567 dans la ville de Brouage, alors un port maritime bruyant sur la côte du sud-ouest de la France, environ 112 kilomètres au nord de Bordeaux. Son père était un capitaine de la marine marchande et Samuel de Champlain est devenu habile à la navigation à un très jeune âge. Champlain plus tard a commenté: « la navigation est l’art qui m’a mené à explorer la côte de l’Amérique, particulièrement la Nouvelle-France, où j’ai toujours désiré voir la fleur de lys s’épanouir. »  Ironiquement, Champlain n’a jamais appris à nager, même après avoir traversé l’Atlantique vingt-neuf fois, car il croyait que la natation était trop risquée.

Pendant un certain temps, Champlain a servi dans l’armée du Roi Henri IV, combattant aux côtés de Martin Frobisher dans une entreprise alliant les Anglais et les Français contre les Espagnols.  En 1599, Champlain commanda un bateau qui ramenait des prisonniers de guerre espagnols, lui permettant d’explorer les Antilles et le Mexique, sous le contrôle de l’Espagne.  En raison de ses voyages, Champlain a prophétiquement suggéré l’idée de faire un canal à travers l’Amérique centrale pour raccourcir le voyage à l’océan pacifique méridional. Le Roi Henri IV était si impressionné par le travail de cartographie de Champlain qu’il lui a accordé un revenu à vie. Henri IV a également donné à Champlain le titre « de », ce qui le rendait un homme de rang de noble.

En 1603, il y a exactement 407 ans, Samuel de Champlain voyageait du fleuve Saint-Laurent, à l’emplacement actuel de Montréal, le village des Premières Nations de Hochelaga. Dans son journal de 1604, Champlain écrivait: « tant de voyages et de découvertes sans résultat, et accompagné de tant de difficultés et de dépenses, nous ont fait essayer récemment d’installer une colonie permanente dans ces terres que nous, Français, appelons la Nouvelle-France. »  Après deux tentatives de colonisation acadienne a Saint-Croix et a Port Annapolis dans les Maritimes, Champlain a tourné les yeux vers la future ville du Québec, un nom qu’il a traduit d’un mot indigène: « où le fleuve se rétrécit ».  La ville du Québec, le village Iroquois de Stadacona, est devenue la ville la plus durable, au nord de Mexico et de Floride, colonisée par les Européens.

La vie n’était pas facile pour Champlain à Québec. Tout en construisant son habitation « à la bastille », Champlain a dû enrayer un complot d’attentat à sa vie. Quand le printemps venait finalement fondre la glace en avril 1609, seulement huit des 24 hommes de Champlain qui avaient passé l’hiver à Québec étaient encore vivants.

Champlain aimait profondément le peuple des Premières Nations, établissant des amitiés durables avec plusieurs groupes. En 1640, Père Lalemant écrivait: « Que tous les Français, qui étaient les premiers à venir dans ces régions, avaient été comme lui! »  Champlain a parlé prophétiquement à une assemblée de Montagnais, d’Algonquins, et
de Français:  « Nos fils épouseront vos filles et dorénavant nous serons une personne. »

Quand Samuel de Champlain a marié Hélène Boullé le 30 décembre, 1610 à Paris, elle avait seulement 12 ans tandis qu’il avait approximativement quarante ans! Elle était si jeune que son père ait insisté sur le fait qu’elle vivait à la maison pendant au moins encore deux années. À l’âge 21, elle s’est déplacée à la ville de Québec. Les premières nations ont été intriguées par Hélène qui les a aimées chèrement en retour. Une dame intitulée avec les vêtements et les convenances  élégantes, Hélène était le centre d’attraction au Québec. Mais pour elle, la colonie a tenu peu de joie. Contrairement à Paris, le Québec n’avait eu aucune magasin, foule animée ou bavardage intéressant. Comme une femme jeune et intrépide, elle languissait pour la joie de vivre de Paris. Champlain qui avait 56 ans a favorisé la compagnie de ses voyageurs français et indigènes robustes et la grandeur intacte de Canada à l’intérieur. Et ainsi, après quatre ans, Champlain et Hélène se sont tragiquement séparés.  De l’amour, Champlain est appelé  l’île de « l’Expo Montréal 67 »  après elle: l’île Sainte- Hélène. Quand Hélène a appris de sa mort de mari en 1635, elle est entrée dans un couvent, choisissant de devenir une nonne plutôt que de se marier encore.

Plus d’une moitié des négociants fourrure-marchands travaillant avec Champlain étaient Huguenots (Protestants français) de La Rochelle en France.  L’Édit de Nantes (1598), qui leurs a donné la liberté religieuse au Québec et en France, a été limité la première fois en 1625 et finalement retiré en 1685. Bien qu’on ait donc interdit les Huguenots de donner louanges au Canada par le décret royal, les équipages des bateaux des Huguenots ne pourraient pas être retenus de tenir des services religieux à bord quand dans le port. Les Huguenots ont aimé chanter les psaumes en français, une pratique d’abord encourager et alors prohiber par la cour royale française. Champlain et son épouse Hélène avaient été élevés dans des maisons des Huguenots. Ainsi grâce à Champlain, on l’a convenu que les Huguenots pourraient tenir des réunions de prière sur les bateaux, mais chanter des psaumes seulement en mer où personne d’autre pourraient entendre.

Après que l’anglais sous le commandant britannique David Kirke a bloqué les bateaux français d’approvisionnement, Champlain et ses hommes sont presque morts de faim, survivant la plupart du temps sur des anguilles achetées des Indiens et sur des racines et bois-écorcent.  Champlain a été forcé de se rendre en 1628 aux frères de David Kirke et a été envoyé pendant quatre années en Angleterre. Le Traité de St-Germain-en-Laye a été signé dans 1632 qui ont apporté Champlain de nouveau à la ville de Québec, dont beaucoup avait été brûlée à la terre par les Anglais. Ensuite après avoir consacré les 32 dernières années de sa vie au Canada, Champlain est mort d’une attaque cérébrale en 1635 à l’âge de 68.

Champlain était un pionnier canadien de talents multiples, au même temps marin et soldat, auteur et entrepreneur, artiste et voyageur, visionnaire et pragmatiste. Il a écrit quatre livres importants de l’histoire des débuts de Canada. Il a produit les meilleures cartes nord-américaines et les plus tôt diagrammes de port. À plusieurs reprises Champlain a mis sa vie dans le péril afin de découvrir des itinéraires à l’étendue sauvage de l’ouest du Canada.  « Aucune autre colonie européenne à l’Amérique, » a commenté l’historien éminent Samuel Eliot Morison,  « n’est tellement l’ombre rallongée d’un homme comme le Canada est celle de cet homme vaillant, sage, et vertueux, Samuel de Champlain. »  Je remercie Dieu de cet homme courageux, Samuel de  Champlain, qui a montré la persévérance et le dévouement contre des chances impossibles.

Ma prière pour ceux lisant cet article est que nous aussi pouvons montrer à la même persévérance en faisant face à nos tâches quotidiennes Dieu-données.

Le Révérend  Dr. Ed Hird, BSW, MDiv, DMin

-previously published in the Deep Cove Crier/North Shore News

-award-winning author of the book Battle for the Soul of Canada

for better for worse-Click to check out our newest marriage book For Better For Worse: discovering the keys to a lasting relationship on Amazon. You can even read the first two chapters for free to see if the book speaks to you.

 

-The sequel book Restoring Health: body, mind and spirit is available online with Amazon.com in both paperback and ebook form. In Canada, Amazon.ca has the book available in paperback and ebook.

It is also posted on Amazon UK (paperback and ebook ), Amazon France (paperback and ebook), and Amazon Germany (paperback and ebook).

Restoring Health is also available online on Barnes and Noble in both paperback and Nook/ebook form.  Nook gives a sample of the book to read online.

Indigo also offers the paperback and the Kobo ebook version.  You can also obtain it through ITunes as an IBook.

To receive a signed copy within North America, just send a $20 cheque (USD/CAN) to ED HIRD, 102-15168 19th Avenue, Surrey, BC, Canada V4A 0A5.

– In order to obtain a signed copy of the prequel book Battle for the Soul of Canada, please send a $18.50 cheque to ‘Ed Hird’, #102-15168 19th Avenue, Surrey, BC, Canada V4A 0A5. For mailing the book to the USA, please send $20.00 USD.  This can also be done by PAYPAL using the e-mail ed_hird@telus.net . Be sure to list your mailing address. The Battle for the Soul of Canada e-book can be obtained for $4.99 CDN/USD.

-Click to purchase the Companion Bible Study by Jan Cox (for the Battle of the Soul of Canada) in both paperback and Kindle on Amazon.com and Amazon.ca 


Leave a comment

Samuel de Champlain et Sieur de Monts

par le Rev. Dr. Ed Hird

Avant Champlain, les explorateurs comme Jacques Cartier n’avaient pas réussi à laisser leur marque. Champlain et Sieur de Monts étaient des personnes persévérantes et visionnaires de grande foi qui ont fait d’énormes sacrifices pour frayer un chemin dans cette grande terre du Canada. Avec mon expérience lors de la tournée de réconciliation de La Danse cet été passé, Dieu m’a donné un amour profond pour les personnes francophones qui ont développé notre nation pendant 150 ans avant l’arrivée des Anglais.

 

Samuel de Champlain et Sieur de Monts nous ont donné le cadeau merveilleux de la langue et de la culture française. Champlain, en particulier, a aidé à définir qui nous sommes comme Canadiens. Nous serions bien plus pauvres au Canada sans nos frères et sœurs francophones, sans leur joie de vivre, leur musique, leur danse, et leur flair artistique. Comme l’a déjà dit un poète américain, »le Canada est un pays presque inventé par le cerveau simple de Champlain ».  Un projet de loi privé fédéral C-428 fut rejeté. Ce projet voulait nommer le 26 juin le « Jour de Samuel de Champlain ». Le MP Greg Thompson du Nouveau Brunswick qui présentait ce projet de loi disait: « la plupart de nous savons qui est Davy Crockett, mais plusieurs d’entre nous n’avons jamais porté attention à Samuel de Champlain.

Tandis que beaucoup de Canadiens se rappellent vaguement de Champlain, aujourd’hui peu de personnes ont une idée de qui était l’homme derrière Champlain: Sieur de Monts. Né à Saintonge, en France en 1558, Sieur de Monts était un homme d’affaires français Huguenot à qui avait été accordé une charte exclusive du Roi Henri IV pour le commerce de fourrure dans le nouveau monde. Le Roi Henri IV chargea Sieur de Monts d’établir le nom, la puissance, et l’autorité du roi de la France; d’amener les indigènes à une connaissance de la religion chrétienne; de peupler, de cultiver, et de coloniser les dites terres; de faire de l’exploration et plus particulièrement de chercher des mines de métaux précieux. La charte de 1603 nommait Sieur de Monts comme Lieutenant Gouverneur de la Nouvelle-France, lui donnant autorité sur toute l’Amérique du Nord entre les quarantième et quarante-sixième parallèles (de Montréal à Philadelphie actuelle).

 

Une des conditions de la charte exigeait la colonisation de soixante nouveaux colons chaque année. En 1604, Champlain et de Monts, pères du Canada, ont établi leur première colonie sur l’île de Saint-Croix, sur la frontière entre le Nouveau Brunswick et le Maine, aux États-Unis.  Précédant Jamestown, Virginie (1607) et Plymouth, Massachusetts (1620), Saint-Croix était la première colonie européenne sur la côte nord de l’Atlantique. Des Huguenots (protestants français) et des catholiques romains étaient inclus parmi les 79 premiers colons, avec un pasteur Huguenot et un prêtre catholique. Grâce au décret de Nantes, on a accordé aux Huguenots l’exercice libre de leur foi, une liberté qui a duré jusqu’en 1625. Comme mon épouse et mes enfants ont des racines Huguenotes, j’ai été fasciné d’apprendre que les Huguenots persécutés étaient au premier rang de la bourgeoisie française naissante.

 

On croit que Champlain a choisi Saint-Croix parce qu’elle partageait la même latitude que la France tempérée, supposant que le climat serait semblable. Au lieu de cela, les banquises de glace ont séparé les colons de la nourriture fraîche et de l’eau du continent. Ce premier et seul hiver sur Saint-Croix fut brutalement froid, ayant pour résultat 35 décès causes par le scorbut. Ironiquement les os de ces premiers colons français ont juste été ré enterres cette année à Saint-Croix, après avoir passé un demi-siècle à Temple University, à Philadelphie.

 

La colonie de Huguenot/Acadienne a été déplacée en 1605 à Port-Royal (l’Annapolis moderne royal en Nouvelle-Écosse). Tandis qu’il était à Port-Royal, Champlain a fondé le premier club social de l’Amérique du nord « l’Ordre du Bon temps » dans un effort de briser la monotonie des longs hivers nord-américains. Chacun leur tour, les messieurs préparaient le dîner en essayant de surpasser les autres avec son choix de viande, de vin et de chanson. Pour leur divertissement, Marc Lescarbot, un jeune avocat parisien, a écrit et produit la première pièce de théâtre en Amérique du Nord, « le théâtre de Neptune ».

 

Sieur de Monts a souffert plusieurs revers, y compris le retrait de son monopole du commerce de fourrure en 1608 et l’assassinat de son bon ami, le Roi Henri en 1610. En 1608, Sieur de Monts a envoyé Champlain a Québec, de ce fait fondant la ville de Québec, la première colonie permanente au Canada. « Je suis arrivé là le 3 juillet» a écrit Samuel de Champlain en 1608. « J’ai cherché un endroit approprié à notre colonie, mais je ne pouvais n’en trouver aucun plus commode ou mieux situé que la pointe de Québec ». Champlain y a mis à pied et déploya la fleur de lys, marquant le début de cette ville, ainsi que du Canada.

 

Ma prière est que ceux qui lisent cet article puissent démontrer ce même esprit de pionniers exprimé par Champlain et Sieur de Monts.

 

le Rev. Dr. Ed Hird, Recteur, BSW, MDiv, DMin

-previously published in the Deep Cove Crier/North Shore News

-award-winning author of the book Battle for the Soul of Canada

for better for worse-Click to check out our newest marriage book For Better For Worse: discovering the keys to a lasting relationship on Amazon. You can even read the first two chapters for free to see if the book speaks to you.

 

-The sequel book Restoring Health: body, mind and spirit is available online with Amazon.com in both paperback and ebook form. In Canada, Amazon.ca has the book available in paperback and ebook.

It is also posted on Amazon UK (paperback and ebook ), Amazon France (paperback and ebook), and Amazon Germany (paperback and ebook).

Restoring Health is also available online on Barnes and Noble in both paperback and Nook/ebook form.  Nook gives a sample of the book to read online.

Indigo also offers the paperback and the Kobo ebook version.  You can also obtain it through ITunes as an IBook.

To receive a signed copy within North America, just send a $20 cheque (USD/CAN) to ED HIRD, 102-15168 19th Avenue, Surrey, BC, Canada V4A 0A5.

– In order to obtain a signed copy of the prequel book Battle for the Soul of Canada, please send a $18.50 cheque to ‘Ed Hird’, #102-15168 19th Avenue, Surrey, BC, Canada V4A 0A5. For mailing the book to the USA, please send $20.00 USD.  This can also be done by PAYPAL using the e-mail ed_hird@telus.net . Be sure to list your mailing address. The Battle for the Soul of Canada e-book can be obtained for $4.99 CDN/USD.

-Click to purchase the Companion Bible Study by Jan Cox (for the Battle of the Soul of Canada) in both paperback and Kindle on Amazon.com and Amazon.ca